LES CONDITIONS POUR FAIRE UN DON DE SANG DE CORDON

Les principes du don

Un don volontaire

À partir du quatrième mois de grossesse et après en avoir informé la future mère, un obstétricien ou une sage-femme lui posera des questions sur ses antécédents médicaux et familiaux. Elle devra alors compléter un formulaire de consentement avant son accouchement.

Un don anonyme et gratuit

Toutes les informations recueillies sont traitées comme confidentielles selon les recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

Le don de sang de cordon est anonyme afin de respecter les règles éthiques en matière de greffe.

Aucune indemnité n'est possible. Cependant, aucuns frais liés à ce prélèvement ne seront à votre charge.

Un don sans risque et indolore pour votre enfant

Le prélèvement a lieu dans les minutes qui suivent l’accouchement lorsque le cordon ombilical vient d’être coupé et que le placenta est encore dans l’utérus.

Il est totalement indolore et ne présente pas de risque ni pour le bébé ni pour la mère puisqu’il ne modifie pas les gestes médicaux de l’accouchement.

Le prélèvement n’a pas lieu si les sages-femmes doivent porter leur attention sur des gestes médicaux prioritaires après la naissance.

Faire un don de sang de cordon, c’est altruiste, simple et sans risque ni pour la mère, ni pour l’enfant.

Les contre-indications

Les contre-indications au don de sang de cordon sont liées à plusieurs facteurs :

Le don de sang de cordon ne sera pas pratiqué si :

  • La mère souffre de certaines pathologies ou maladies qui contre-indiquent le prélèvement, que ce soit dans ses antécédents comme certaines maladies génétiques, auto-immunes ou cancéreuses, ou au moment de la grossesse (complications obstétricales, grossesses multiples).
  • L’âge de la mère est inférieur à 18 ans.
  • Le père est inconnu ou souffre de maladies génétiques ou anomalies génétiques constitutionnelles.
  • La fratrie présente des pathologies hématologiques, des tumeurs solides ou des maladies génétiques.
  • Le nouveau-né présente une anomalie de développement
    intra-utérin (retard de croissance, souffrance fœtale).
Le don de sang de cordon n’a pas lieu si surviennent des complications au moment de l’accouchement. Aussi, il ne sera pas pratiqué si :
  • Le terme est inférieur à 37 semaines.
  • La température maternelle est supérieure à 38.5°C.
  • Le liquide amniotique est déclaré « méconial » (s’il comporte les premières selles du bébé).
  • Il y a rupture de la poche des eaux 33 heures ou plus avant l’accouchement.
  • Le bébé présente une souffrance fœtale aiguë.

Conservation pour son propre enfant :
aucun fondement scientifique !

Des sociétés à but lucratif font miroiter de possibles utilisations de sang de cordon dans le futur pour soigner son enfant avec ses propres cellules, dans le cas où il serait malade. Cette pratique ne repose actuellement sur aucun fondement scientifique. C’est pourquoi, en France, le prélèvement et la conservation à visée autologue sont illégaux et punis par la loi.